le saut

le saut

Tu t’es peut-être demandé où j’étais passé dans les derniers jours, j’étais bien silencieuse, c’est pourtant pas mon genre ;)

J’ai fait un saut dans le vide et ce genre de saut prend du temps et du silence pour que l'atterrissage se fasse tout en douceur.

Après des années à travailler en communication, j’ai suspendu mes activités pour donner mon année 2017 au yoga, à sa pratique et à son enseignement.

Ouf! Je réalise à peine.

Je me confronte ici à l’une de mes plus grandes peurs : celle de manquer. Parce que oui, un professeur de yoga a souvent de l’abondance dans son coeur mais parfois bien peu dans son compte bancaire.

Ce choix de “tout quitter” pour vivre de ma passion est le résultat d’une très profonde réflexion sur ma manière de consommer et sur le rôle de la société dans cette volonté de toujours avoir plus. J’ai travaillé des années en publicité, je connais bien les mécanismes qui poussent le “consommateur” à gagner plus de cash pour consommer plus. Mais pourquoi ? De quoi avons-nous tant besoin ? L’humain jamais rassasié, toujours en quête de “plus”, de mieux, harcelé constamment par ce qu’il pourrait posséder de plus.

On accumule tout autour pour remplir un vide tout au fond. Ça marche pas. Bin, pour moi ça marchait pas.

Mon rythme des dernières années étaient si effréné que j’étais trop fatiguée pour préparer mes lunchs, le soir je préparais rapidement un souper, travailler sur mon ordinateur calé contre mon ventre, le corps recroquevillé, à minuit je tombais de fatigue, à 7h le réveil sonnait…

J’avais un salaire très correcte pour mes à peine 30 ans, mais j’avais la sensation de passer à côté de ma vie. “À quoi ça sert de gagner cet argent si je suis trop fatiguée pour faire mes lunchs ?” Drôle de question hein, c’est elle qui a tout fait basculer.

J’ai décidé de suspendre la course folle dans laquelle j’étais lancée pour respirer et regarder ce qui se présente à moi, être douce, accueillir, écouter.

Si tu me lis c’est peut-être que tu as déjà pris des cours avec moi. J’avais le goût de te dire MERCI parce que tu m’as donné la force de faire le saut.

Toi puis ton sourire, ton oeil qui pétille, merci de m’avoir dit “merci”, merci pour le challenge que tu me lances à chaque cours, merci de me laisser te guider, merci de ta confiance, merci d'accueillir ma folie assumée, merci pour les rires souvent et la sueur parfois.

Gratitude infinie pour cette nouvelle aventure, je crois que sans plans on va encore plus loin, hâte de découvrir où me mèneront mes pas.

Vérité, simplicité, amour.

En écoutant : Kenny Arkana - J'ai osé

t'es belle fille

t'es belle fille

facebook, l'ego et le yoga

facebook, l'ego et le yoga