facebook, l'ego et le yoga

facebook, l'ego et le yoga

Tu m'as demandé pourquoi je quittais Facebook.

Alors.

J'ai décidé de donner mon année 2017 au yoga. J'ai suspendu toutes mes activités reliées directement à la publicité pour un an.

Dans cette nouvelle aventure je me suis questionnée sur le rôle du Yogi et de l'enseignant de yoga et à son devoir d'humilité, de vérité et de transparence. 
Je vais pas te raconter de blagues, je suis chaque jour un peu plus horrifiée de voir à quel point le milieu du yoga/bien-être est perverti. Les formations rapides, la quête de profits, les égos occidentaux, la performance, l'image corporelle, fuckin Instagram, etc. ont dissout ce qu'est le yoga initialement : une quête de Vérité. Je suis sûrement bien malchanceuse, je vois peu de vérité sur les réseaux sociaux. (J'en vois aussi relativement peu dans la vraie vie mais c'est un autre sujet).

Être enseignant de yoga ne veut rien dire. J'ai commencé le yoga il y a 7 minuscules années. Je ne suis personne pour prétendre enseigner à qui que ce soit, quoi que ce soit.
Je n'enseigne à personne, je guide, je propose, je facilite.

Cependant, être devant une classe et "toucher" au propre comme au figuré des corps, des cœurs, c'est aussi faire vœu de Vérité auprès de ses élèves, c'est avoir nettoyé assez ses plaies pour se mettre au service de l'autre, être bon ou du moins tenter de l'être dans sa classe mais aussi dans sa vie. La bienveillance tsé, l'affaire qui arrive quand on est en paix avec soi-même.
Je ne pense pas que le bruit des réseaux sociaux permet de répondre à cette question si essentielle : "qui suis-je ?" et permette d'être une meilleure version de soi-même auprès de ses élèves. 
Non, je ne pense pas que montrer une split sur Instagram fait de nous de meilleurs yogis, de meilleurs professeurs, de meilleurs humains authentiques, bienveillants, humbles. 

Aujourd'hui j'ai envie de me libérer de ça. De l'égo, de l'approbation des autres, du bruit pour tenter d'être la meilleure version de moi-même. Ou tenter. Un peu. 
Mes élèves s'en foutent de ma belle photo avec les pattes en l'air et mes cours ne seront pas meilleurs si je suis ambassadrice lululemon ou si j'ai des likes sous un article.

Je pensais que ça serait facile de quitter Facebook. Tsé c'est toujours bin un fuckin réseau social. C'était facile, jusqu'à recevoir des courriels vraiment gentils de gens qui aiment me lire, facile avant de devoir effacer mes anciennes publications, celles qui ont pogné (800 partages !!! Haha). Dur je te dis de laisser aller ce qui te fait sentir meilleur. Tu reprendras bien un peu de narcissisme avec ta tranche de vanité ? ;)

Ça c'est la première raison : me libérer de l'égo, atténuer le bruit et me retirer de la cyber game sociale.

La deuxième c'est que j'ai crissement changé et que je le sais. Y'a des amis qui m'aiment profondément et m'accompagnent dans cette aventure même s'ils comprennent pas tout et ceux dont je sais que nos chemins s'éloignent, même des très proches. C'est la vie.

Si j'ai voulu quitter Facebook c'est aussi parce que le yoga etc. va prendre toute la place dans ma vie dans la prochaine année. Facebook, qu'on le veuille ou non est le reflet de ce qui nous anime au quotidien. 
Dans mes 700 amis, y'a possiblement la moitié qui sont des contacts venant de la publicité, des party et même de mon ancienne vie en France. 
On dirait que ça me tente semi de m'exposer à tous ainsi. Je suis pas encore rendu là on va dire, surtout auprès de gens que j'ai rencontré deux fois dans la vraie vie ou dont les rapports sont purement pro. 
Il y a du jugement et de la médisance au sein même de la communauté du yoga (allo le milieu de filles !!), et je comprends totalement que ça peut créer aussi des questionnements quand on est pas dedans. Je veux me tenir loin de ça, de la médisance, de l'incompréhension qui poussent au jugement.

Je garderais un oeil sur Facebook de loin, couper tout signifierait me couper de gens que j'aime et qui sont si loin, de mes élèves, de profs inspirants, d'event intéressants, d'articles pertinents, d'un réseau formidable... etc. C'est aussi un bel exercice que d'être soi pour de vrai à travers un écran. On va tenter ça.

Je vais également faire un gros tri dans mes amis. J'ai très loin d'en avoir 700... une chance j'ai déjà du mal à tous vous voir autant que je voudrai ;) 😉

J'ai besoin d'être focus et me commettre totalement à cette année spéciale. Une belle aventure, une belle expérience qui commence.

Garder l'essentiel, oser vouloir le meilleur. 

le saut

le saut

cher voisin

cher voisin