harcelée

harcelée

Aujourd'hui, je traverse la ville avec une valise lourde sous le bras. 2 gars costauds sont venus m'aider dans les escaliers de la station Mc Gill. - C'était bien agréable.

Ce weekend il pleuvait pas mal trop fort, j'avais pas de parapluie, un monsieur m'a accompagné jusqu'au métro avec le sien. - Oh. Merci !

La semaine dernière, un garçon s'est assis à côté de moi et m'a dit "vous êtes une belle femme !". - Sympathique.

Tantôt, le concierge de mon building de job m'a fait un grand sourire en me saluant, précisant que ma jupe fleurie m'allait bien. - Belle journée à vous aussi !

C'est l'été, à mesure que la température monte, je vois fleurir sur les réseaux sociaux des statuts haineux et des smileys pissed de femmes qui se sont fait dire dans la rue "tes shorts te font bien", "tu sens bon", "vous êtes jolie". Les filles sont en criss solide et crient à l'insulte, "gros dégueulasse, va chier !"
ouf!
Les commentaires sous ce type de post font mal au cœur... J'ai même lu "qu'on lui coupe les couilles avec une chain saw porteuse de syphilis".
La fille s'était fait dire que son short était joli et que c'était agréable de marcher derrière elle...
euh...?
Étais-tu pissed of for real ou la société dans laquelle tu vis t'as si bien brainwashée que tu penses qu'un homme qui te fait un compliment est forcément un gros dégueulasse ?

Guys, j'suis triste. On se comprends plus.

Les beaux millennials que nous sommes, à lire les chroniques sexé sur Urbania et Nighlife mais vomissent sur le type qui leur dit qu'elles sont belles.
La belle génération Tinder qui sait plus comment draguer en vrai, plus comment être en couple, avoir un plan cul est plus trendy qu'avoir un amoureux. On se fréquente pendant 6 mois sans jamais se commettre, tsé au cas où y'aurait mieux. 
Les gars qui se taisent sont des "mous", des "puss", les gars qui osent sont des "colons" ou des "perv". 
Si des fois je trouve ça dure d'être une femme laisse moi te dire que j'aimerai pas être un homme non plus... J'aurai bien trop peur de me faire couper le zizi avec une tronçonneuse parce que j'ai souri à une fille dans le métro.

Je viens d'un pays où le pelotage de cul dans le métro est un sport national et où certains hommes ont bien peu de manières lorsqu'une femme marche seule dans la rue. Les commentaires sexuellement explicites et les gestes déplacés sont parfaitement inadmissibles, je suis la première à m'en indigner. 
Mais eille, ho... On peut-tu être nuancées ? Voir la différence entre un "compliment" d'un gars maladroit un peu chaud et un gros dégoutant qui veut nous violer dans un coin sombre ?

À force de s'indigner pour tout, pour rien, à perdre notre énergie à être sans cesse en réaction contre l'autre, on ne lutte contre rien pour de vrai. On creuse toujours plus le fossé qui nous sépare. On coupe tout dialogue. On se connait plus (ni soi, ni l'autre).

Puis on est encore célibataires à 30 ans.

un verre avec moi

un verre avec moi

génération best jump

génération best jump