génération best jump

génération best jump

Parce que tsé, si demain est incertain, autant s'amuser pendant qu'il est encore temps.

Ça fait 8 ans (damn god) que je travaille, j'ai changé cinq fois d'entreprise, une fois de pays, trois fois de ville, huit fois d'appartement.

Je suis un pur produit de la génération Y : je fais du yoga et du marketing, j'ai déposé mon premier dossier d'auto-entrepreneurs à 21 ans, je n’ai pas d'économies... mais j'ai pas non plus de patron, je me lève (parfois) à 9am un lundi mais je travaille jusqu'à 11pm certain dimanche, dans ma bouche on trouve plus souvent les mots "révolution", "responsabilité", "engagement", "authenticité" que "rentabilité". Je veux être heureuse avant de faire du cash et mon sport préféré c'est sauter dans le vide.

Mes amis merveilleux sont comptables/yogis, hippie/ingénieur, traveler/businessman, quittent leur job quand ils ne s'amusent plus, acceptent des emplois moins bien payés, sans assurances, sans REER... Mais plus trippants.

 

Alors… Ne me demande pas où je serai dans 8 mois, peut-être dans une ville que je ne connais pas encore, à faire de projets dont je n'ai aucune idée aujourd’hui.

Ya 6 ans, je ne savais pas qu'une ville dans le monde s'appelait "Québec", j'y ai passé 4 ans de ma vie (awaille les jokes sur Québec). J'ai hâte de savoir quel endroit de la planète, quels projets, quelles personnes dont j'ignore totalement l'existence feront parti de ma vie dans 6 ans.

Nous, enfants du numérique, prenons le monde comme terrain de jeu, réinventons les règles, construisons une nouvelle vision du monde du travail, osons imaginer une vie qui mettrait le bonheur au coeur de notre quotidien.

Je le sais pas, man, si je vais avoir des kids, une maison, une retraite décente. Mais je sais que je me serai beaucoup amusée.

Ce matin, deux de mes amis ont décidé de partir vers des horizons pas secure mais plus amusants. Deux amis qui n'ont pas peur de mettre leurs meubles sur Kijiji pour repartir à zéro, reprendre leurs études à 34 ans, devenir entrepreneur à 28, partir à des milliers de kilomètres voir là bas si ils y sont.  

Je suis fière, si fière, de faire partie de cette génération qui n’a pas froid aux yeux.

 

harcelée

harcelée

soif en esti de liberté

soif en esti de liberté